EXPÉDITION GRATUITE POUR COMMANDES DE $30 ET PLUS

Noemí



Curiosité

Seule ma grand-mère, Noemi, malgré ses réserves, a continué à m’encourager dans mon projet un peu fou

Sebastian Recinos nous raconte comment il a planté des arbres maragogype sur la ferme de ses oncles

“Quand je suis arrivé à la ferme, j’ai remarqué de grands arbres minces éparpillés un peu partout que tout le monde semblait négliger. J’ai demandé à mes oncles de quelle variété d’arbre il s’agissait et Javier m’a répondu: 'Esos son marago, se enferma mucho y produce muy poco.' En d’autres mots, puisque ces plants produisent moins de café que les autres et qu’ils constituent un risque de maladies végétales, ils ne sont pas intéressants.

“J’étais quand même curieux, alors j’ai commencé à prendre soin de ces plants négligés. J’ai donc trouvé l’endroit idéal dans la pépinière pour les cultiver, en spécifiant à tous que ces grains n’allaient pas être vendus mais réservés à notre propre consommation. Quand j’ai goûté au café provenant de ces arbres-là pour la première fois, il était très sucré et très juteux. Comme j’ai grandi dans le monde du café, on m’a appris très jeune à identifier un café de qualité et ce que j’ai goûté était remarquable.”

En 2012, pendant qu’il vivait sur la ferme familiale, Sebastian a supervisé la plantation d’une variété rare et spéciale la maragogype, reconnue pour ces grains larges et ses saveurs complexes.

“J’ai pu bénéficier de l’aide de la part d’un de nos employés les plus fidèles à la ferme, Marcos. Celui qui est connu sous le surnom de “El Cojo” en raison de ses jambes ravagées par la poliomyélite, a sauvé le projet après que la première transplantation d’arbres a échoué. Quand Marcos et moi avons réussi à transplanter mille arbres, tous les autres employés de la ferme étaient sceptiques à l’idée que nous pourrions les faire pousser. Un scepticisme qui était fondé à l’époque où la roya ravageait des récoltes entières. Même Marcos avait des doutes. Seule ma grand-mère, Noemi, malgré ses réserves, a continué à m’encourager dans mon projet un peu fou.”



La Récompense



“Cinq années se sont écoulées et même si je suis à 3000 kilomètres de la ferme familiale, j’ai fait de mon mieux pour m’assurer que mes arbres, dont le nombre est maintenant supérieur à 10000, sont traités avec le plus grand soin. Les quantités de café que nous produisons sont limitées puisque que nous conservons plusieurs des fruits afin de replanter de nouveaux arbres. Seuls 4 sacs de 100 livres ont été produits cette année, et ils ont tous été vendus à Kittel.

"Je me souviens quand j’ai vu arriver les magnifiques échantillons bleus-verts en provenance de la ferme. C’est à ce moment précis que j’ai su que nous allions appeler le microlot Noemi, question de rendre hommage à ma grand-mère qui n’a jamais cessé d’encourager mon projet un peu fou.”



Produits reliés


Noemí

Un café très unique et très complexe, avec des notes de cassis, pomme grenade, et sirop d’érable.